FICHE IST : GONOCOCCIE

Entre 2015 et 2017, le nombre d’infections à gonocoque déclarées a augmenté de 71%. L’augmentation est plus marquée chez les hommes. Les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes (HSH) représentent 71% des cas rapportés en 2017.

SYMPTOMATOLOGIE

Durée d’incubation : 2 à 7 jours

Chez l’Homme : Urétrite à Chlamydia

  • urétrite aiguë :  brûlures mictionelles, écoulement urétral
  • inflammation du gland (balanite) 

Complication possible : abcédation, prostatite aiguë et épididymite aiguë

Chez la femme :

  • leucorrhée purulente
  • cervicite avec écoulement du col
  • urétrite aiguë : brûlures mictionnelles, dysurie, oedème et rougeur du méat
  • pesanteur pelvienne 

vaginite à gonocoque

Complication possible : salpingite aiguë, inflammation pelvienne chronique , augmentation du risque de grossesse extra utérine

Chez l’Homme et la Femme : 

Atteinte ano-rectale : inflammation locale, écoulement anal, prurit anal

Atteinte pharyngé : asymptomatique

Diagnostic

Pour les femmes : prélèvement vaginal OU autoprélèvement

Pour l’homme : premier jet d’urine OU prélèvement d’écoulement urétrale OU écouvillonnage endo urétrale

Technique : 

  • si symptomatique : culture avec réalisation d’un antibiogramme
  • si asymptomatique et dans le cadre d’un dépistage : PCR Duplex Gonocoque et Chlamydia 

En cas de dépistage positif, un culture doit être pratiquée pour réaliser un antibiogramme

Traitement

Ceftriaxone : 500 mg IM ou IV ou SC – dose unique

Un traitement anti-chlamydien doit être systématiquement associé :

Azithromycine 1 g par voie orale (en prise unique) ou doxycycline 200 mg/jour (2 prises voie orale pendant 7 jours)

Sujet allergique aux bétalactamines : 

1ère intention : azithromycine : 2g – dose unique 

2ème intention gentamicine : 240 mg IM dose unique ou ciprofloxacine : 500 mg per os – dose unique 

Mesure complémentaire

– Informer les patients des risques de recontamination, justifiant de prévenir leur(s) partenaire(s) récent(s) (2 mois précédents les premiers symptômes).

– Examen, diagnostic, et traitement des partenaires récents indispensables

– Sérologies (syphilis, infection à VIH, hépatites), tenir compte des délais de séroconversion

– Vaccination contre hépatite B à proposer à tout patient non immunisé

– Préconiser des rapports protégés

Consultation de suivi 

Un contrôle clinique est nécessaire à J7 avec contrôle de l’antibiogramme fait à J0.

Un contrôle bactériologique à J7 est recommandé en cas d’échec clinique. 

 

Source